Compagnie Nuits d’Auteurs

Lettre aux comédiens

Tant de personnes souscrivent à un tour de scène ! combien s’attellent véritablement au Théâtre  ? 

L’apprentissage des textes au mot près, le trac, le manque de confiance,  tout nous confronte à abandonner, tout nous conforte à poursuivre. Aucun comédien n’est voué à un autre, un parcours n’a pas sa pareille, un acteur ne ressemble à personne, une interprétation dans le même rôle est unique.

Afin de poursuivre ma quête, celle de l’exigence, de raviver votre mémoire de vos trouvailles, votre passion mordante vous conduira en des endroits où vous n’auriez jamais l’idée d’aller sans elle. Vous êtes loin d’imaginer les ressources que vous possédez. Au sein de ce cours de théâtre, je conduirai mon dessein, celui de vous transmettre ma fascination des  mots, ensemble nous nous attacherons à perpétuer ces notes ardentes qui brûlent déjà en vous,  j’attiserai cette flamme brûlante, animant le meilleur de vous-même, j’oublierai qui vous êtes un instant et je vous guiderai humblement.    

Je vous aime comédiens, vous qui vous confrontez aux grands textes,  amoureux du théâtre,  épris de notre belle langue, vous tous qui embrassez Molière, Marivaux, Hugo, Rampal, Pinter…et bien d’autres afin de mieux les étreindre dans la prose ou les alexandrins, je  vous espère encore plus, lorsque votre talent rencontre la technique, je vous découvre  toujours quand  votre  personnalité libère vos inhibitions, je vous repère si la vérité et le sentiment juste se lient, quand le langage  perpétue le langage,  quand l’existence donne vie, car  pour notre plus grand bonheur, vous  existez enfin et êtes immortels. Tous les gens de théâtre vouent leur vie à la scène, sans jamais la confondre,  pour nous dire subtilement combien le théâtre est riche d’interprétations.   

                      Je vous offre du fond du cœur et pour toujours le théâtre en partage, puisse-t-il vous apporter le bonheur et conduire votre vie au long cours dans vos rêves les plus fous.                                                                    

Martine Amsili  10 octobre 2014