Programme de la formation Lecture à Haute voix

formation-lecture-haute-voix

 

PROGRAMME (160 h)

Prochaines dates de formations :

Prochaines dates de formations :

Prochaines dates de formations : Paris (centre)
– du vendredi 10 novembre au jeudi 4 décembre 2017 (160 h) dépôt des dossiers dernière limite le lundi 10 octobre 2017
– du mardi 5 décembre au vendredi 27 décembre 2017 (160 h) dépôt des dossiers dernière limite le lundi 6 novembre 2017

Du 5 janvier au 29 janvier 2018 (Los Angeles Santa Monica) 160 h idem dépôt du dossier un mois avant le premier jour du stage

Du 4 février au 29 février 2018 (Los Angeles Santa Monica) 160 h idem dépôt du dossier un mois avant le premier jour du stage

La lecture à haute voix est la reine des expressions, celle qui les possède toutes !

Entrez donc au Cénacle des mots !

Possibilités de prise en charge par vos organismes de formation,  Afdas, Uniformation, Opcalia…

Formations éligibles au CPF (anciennement DIF)

Ouvrir votre compte professionnel de formation sur le site :

http://www.moncompteformation.gouv.fr/

           Du miracle de l’écriture à la parole proférée dans l’espace jusqu’à l’éclosion de la pensée.

“La lecture de tous les bons livres est comme une conversation avec les plus honnêtes gens des siècles passés.”  Descartes

PUBLIC

Toutes les personnes devant lire à haute voix des textes écrits dans le cadre de leurs activités : acteurs, artistes, comédiens, bibliothécaires, lecteurs professionnels, animateurs du monde littéraire, journalistes, reporter, présentateurs, avocats, etc…

PRE-REQUIS

Aucun pré-requis n’est nécessaire pour cette action de formation.

OBJECTIF DE LA FORMATION

A l’issue de la formation l’apprenants.es sera capable de :

  • Appréhender un texte d’auteur et détecter son anatomie
  • Mettre en application les techniques vocales
  • Parcourir et atteindre la trajectoire verbale
  • Restituer la lecture à haute voix

LIEU DE LA FORMATION

Paris centre ou Santa Monica (Los Angeles)

PROGRAMME LECTURE A HAUTE VOIX (160 h)

(Module 1) 30 h

I) DE LA DECOUVERTE DES TEXTES A L’ANALYSE VERBALE

  • Présentation des textes
  • Découverte des auteurs et des différentes formes d’écriture
  • Déceler l’anatomie du langage
  • Enrichir ses connaissances littéraires (biographies des auteurs)
  • Traduction, transposition dans :
  • Le roman, le conte, la fable, le récit
  • La lettre, le théâtre, le pitch, le monologue, le dialogue
  • Le discours, l’anecdote, l’interview, la chronique, le commentaire
  • Le communiqué, l’annonce, le reportage
  • L’article, La biographie…

(Module 2) 30 h

II) DE L’ANALYSE VERBALE A LA TECHNIQUE VOCALE

  • Appréhender et imprimer les techniques de la voix                                                                 
  • Inscription de la voix
  • De l’articulation à la diction
  • L’articulation-la diction, la prononciation
  • Les liaisons
  • Le timbre
  • Le médium (le placement de la voix)
  • La pose de la voix (maintien)
  • Du souffle à la respiration 
  • La respiration (inspiration, expiration)
  • Projection de la voix dans l’espace

(Module 3) 30 h

III) DE LA TECHNIQUE VOCALE A LA TECHNIQUE DU JEU VERBAL

  • Maîtriser  la Technique du jeu verbal, respirer le texte
  • La ponctuation verbale
  • Le mot de valeur
  • La modulation- Euphonie
  • Gradation-crescendo
  • Les attaques-les finales
  • L’accent tonique
  • L’harmonie

Grâce à la Technique du Jeu verbal la pensée de l’auteur est délivrée, l’écriture laissant la place  peu à peu à un lecteur puis à un narrateur. Comme le disait si bien Victor Hugo,  « les mots sortent vivants de la bouche des acteurs ». D’une voix claire et harmonieuse,  dans toutes ses subtilités de langage, le lecteur tout comme l’acteur se doit de délivrer la réflexion juste et non pas d’imposer son propre point de vue. De l’analyse verbale  à la respiration du texte,  en passant par les techniques vocales nous atteignons la prose d’un Gary, les vers d’un Boileau dans l’harmonie et le style et maintenons l’auditoire.

(Module 4) 30 h

IV)DE LA TECHNIQUE DU JEU VERBAL A LA TRAJECTOIRE VERBALE

  • Parcourir et atteindre  la trajectoire verbale
  • La respiration du texte
  • La fluidité
  • Le rythme
  • Inflexions (changements de tons)
  • Progression du sentiment
  • Les silences, les temps, les pauses
  • La gestuelle-le regard

(Module 5) 40 h

V)DE LA TRAJECTOIRE VERBALE A LA LECTURE A HAUTE VOIX

  • Restituer la Lecture à haute voix
  • Lecture à brûle-pourpoint sur d’autres textes
  • Entraînement-Pratique
  • Le brio de l’éloquence
  • L’art oratoire
  • Le maintien de l’auditoire

MOYENS PÉDAGOGIQUES ET TECHNIQUES

Moyens pédagogiques :

Documentation remise à l’apprenant.e :

  • LES TEXTES CHOISIS :
  • Véra Contes Cruels Villiers de l’Isle-Adam
  • Lettres à la jeunesse Andrée Chédid
  • Sur la lecture  Proust
  • La Fausse et la Vraie Eloquence Guez de Balzac
  • Principe de la littérature Abbé Charles Batteux
  • Rachel Jules Janin
  • Le Journalisme Français  Octave Mirbeau
  • L’Assemblée des Femmes Lysistrata Aristophane
  • L’oeil de Charles Baudelaire

D’autres textes seront mis à la disposition du stagiaire pour la pratique et la lecture à brûle-pourpoint.

Apport théorique, démonstration, expérimentation et entraînements par des mises en situation et retours d’analyses

FORMATRICE :

DE LA LECTURE A HAUTE VOIX : MARTINE AMSILI

Après des études de théâtre à Censier , Martine Amsili devient élève  au conservatoire d’art dramatique de Marseille. Elle suit l’enseignement des professeurs Alexandre Grecq et Yves Furet, sociétaires de la Comédie Française et éminents disciples de Louis Jouvet. Fortement influencée par cette illustre lignée, Martine transmet ainsi depuis 1995 sa passion des mots à des générations de comédiens, écrivains, journalistes, animateurs de télévisions et de radio etc…qui ont pu apprécier son indémodable « Technique du Jeu Verbal », outil indispensable pour découvrir les fondamentaux de l’art oratoire.

Avec sa formation intensive sur la Lecture à haute voix, Martine Amsili remet en question le lecteur en le confrontant aux pratiques justes des techniques vocales et verbales.

NATURE ET CARACTERISTIQUES DE L’ACTION DE FORMATION

L’action de formation, entre dans la catégorie des actions de formation prévue par les articles L.6313-1 et suivants du Code du travail.

Cette formation a pour objectif de former, d’entraîner, de professionnaliser les acteurs, les artistes-auteurs, les journalistes et tous ceux dont le métier est de s’exprimer devant un auditoire. Travail sur les techniques de la voix, lecture à haute voix, diction, respiration, inflexion, médium, attaques, finales, maintien, style, aisance vocale.

La Technique du Jeu verbal prépare également aux concours oratoires et conservatoires d’art dramatique, cette formation est reconnue pour l’entrée au conservatoire supérieur d’Art Dramatique et est répertoriée au CNT (Centre National du Théâtre) dans la catégorie des écoles de la formation privée.

INTRODUCTION A LA FORMATION

LIRE A HAUTE VOIX, PRENDRE LA PAROLE, CONVAINCRE, MAINTENIR SON AUDITOIRE, SEDUIRE

La voix est le reflet de votre âme, de votre personnalité, celle par laquelle l’on passe pour donner les idées, les mots justes. Afin de construire sa vie personnelle et professionnelle, il nous faut entreprendre et parler, désigner les chemins à suivre, commenter les actes et toujours persuader afin de concrétiser ses rêves. La voix se veut claire et intelligible à tout moment et dans le cadre professionnel, elle a un pouvoir indéniable. Maîtriser sa voix c’est être efficace dans toutes les situations, c’est convaincre, séduire, et rassurer, maintenir un auditoire dans toutes les circonstances sans laisser retomber ses finales, sans perdre le fil de sa conversation.

Dans les conflits, au sein de votre entreprise, lors d’une lecture publique, au tribunal, séduire, convaincre, maintenir l’auditoire passent par le travail de la voix posée.

Tous ceux qui prennent la parole devant un public s’appliquent à placer leur voix. Tel un violoniste de son instrument, la voix dans sa justesse garantit les propos d’une manière naturelle et harmonieuse.

Il nous faut atteindre l’objectif, quel qu’il soit, transmettre et ancrer un message indélébile.

Pas de contraction, pas de phrase décrochée, mais de la suite dans les idées, du timbre, du relief, de la fluidité, une bonne diction, des changements de ton conduits avec adresse donneront à vos propos le ton de la vérité.

Lire à haute voix : les enjeux

formation lecture haute voix


Comment lire en public ? Comment ne pas appréhender le rythme de la phrase ?

De quelle manière dire un texte dans l’inflexion juste ?

Où se cache l’accentuation dans l’œuvre, nécessaire à la cadence ?

Comment restituer un écrit dans toutes ses formes d’écriture ?


   Qu’est-ce que la lecture à haute voix ?

La lecture à haute voix c’est donner à entendre de sa voix la « petite musique » d’un texte et prononcer distinctement d’une manière, claire, intelligible, et harmonieuse les mots d’un auteur. C’est dévoiler les subtilités qui se dérobent à la mélodie. C’est renouer avec la pureté des sons et atteindre la virtuosité du verbe afin d’en faire éclater le style, mais encore manier le langage dans l’harmonie de la phrase, et porter la pensée d’un romancier, d’un dramaturge, ou d’un poète fidèlement sans laisser retomber ses finales.

La lecture à haute voix est le meilleur moyen de s’atteler à la technique de la diction et de la respiration. Placer sa voix, la timbrer, la moduler et donner du relief à une poésie, à une lettre, une fable, un roman…

La lecture à haute voix est un véritable exercice

Le lecteur passera de l’état d’inconfort à l’état d’aisance, empruntera les sentiers de l’auteur pour affirmer sa personnalité.Que vous soyez comédien, homme public, conférencier, rhéteur ou simple particulier, sur des textes choisis, à cet effet, véritables partitions de musique, vous défendrez la langue d’un écrivain et prononcerez convenablement sans faire de contractions.


 jeune-fille-lisant

Exemples de textes choisis  :

1 – L’Art Théâtral de Isidore Samson (texte en vers)
Ce texte en vers est composé d’une suite de règles liée au théâtre, cette partition est une merveilleuse étude et de l’art dramatique à proprement parler et de l’interprétation singulière à camper un rôle qui parle des préceptes de l’art du comédien et grave dans la mémoire des théories esthétiques. Comme dans toutes les œuvres en vers, il est de mise de supplanter cette technique de l’écriture parfaite des vers au profit de la prose afin d’en éliminer la monotonie, l’emphase et d’en redonner le naturel.

2 – Lettre de George Sand à sa grand-mère (texte en prose)
Texte en prose, ici dans la verve ardente de la Dame de Rohan, la comédienne traduira le rythme, respectera le chant élégiaque d’une femme qui souffre la perte de sa grand-mère. Ce cri d’amour, cette mélopée plaintive doit trouver la cadence mêlée d’harmonie tout en marquant les accents et leur valeur propre.

3 – Lettre de la Religieuse portugaise cinq lettres trouvées dans un couvent (texte en prose)
Texte en prose, syntaxe du XVIIe siècle. S’attaquer à un tel langage n’est pas chose facile, le texte est verbeux, prolixe il faut atténuer, raccourcir les phrases, briser les longueurs, la respiration sera le moteur de la compréhension de ce fragment de lettre. La mécanique de la diction doit être suivie. Le style épistolaire de ces somptueuses missives est un incomparable ouvrage d’orfèvrerie et demeure encore à ce jour une énigme pour nombre de littérateurs et de lecteurs. Une religieuse amoureuse de l’amour ne ressemble à aucune autre femme amoureuse.

4 – Lettre de Madame de Sévigné à M. de Coulanges (texte en prose)
La grande épistolière du grand siècle doublée d’une singulière chroniqueuse des temps passés nous révèle ici dans un suspens à couper le souffle le mariage d’une grande dame de la Cour. Dans ce morceau, l’interprète s’attellera aux nombreuses inflexions. Les dix-neuf adjectifs successifs qui démarquent cette lettre renforcent une éloquence drôle, enlevée, enjouée, sagace, inventive et demeure un exercice de bravoure et de virtuosité pour une comédienne.

5 – Lettre de Ninon de Lenclos à Villarceaux (texte en prose)
Ninon de Lenclos, amoureuse de Villarceaux chante l’amour pour la première fois de sa vie, la comédienne va se servir de la ponctuation à toute épreuve tout en étudiant le caractère d’un personnage hors du commun. Le discours amoureux est proche de la femme philosophe.

6 – L’Animal étrange de Gabriel Arout, d’après la Dame au petit chien (texte en prose)
Sentiment troublant d’une femme adultère découvrant la passion amoureuse pour la première fois et se découvrant elle-même dans les yeux d’un autre homme. Un chant plein de poésie et de lumière moderne et émouvant. Ici un travail de narration à crescendo s’impose.

7 – Le dernier jour d’un Condamné de Victor Hugo (texte en prose)
Ce fragment de texte est la preuve vivante du pouvoir de l’écriture. Victor Hugo dans ce roman décrit si brillamment la terreur d’un homme destiné à la guillotine que chaque ligne, chaque mot, chaque intonation laisse penser à une oeuvre théâtrale. Ici l’interprète devra se rapprocher peu à peu de la mort, par étape, par palier jusqu’à endosser le long manteau noir du spectre funeste.

8 – Les Plaintes du Souffleur de Miguel Zamacoïs (texte en vers)
Ici la narration du souffleur et l’accumulation de toutes actions vécues du personnage face à la scène, toujours tournées vers les comédiens est traitée avec humour et rend le mouvement irrésistible. Les vers sont modernes et riment aisément dans des révélations séduisantes. Le souffleur ici est comédien et chef d’orchestre en même temps. La cadence trouve aussi sa place.

9 – A M.de Molière Satire II de Nicolas Boileau (texte en vers)
Le brio et l’élégance de l’éloge fait à Molière par son ami Boileau nous conduisent dans le classique le plus pur, le plus parfait, le plus enivrant et le plus noble. Le comédien devra briser les rimes et en délivrer le naturel tout en lui conservant de sa superbe.

10 – L’Assemblée des femmes (Lysistrata) Aristophane (texte en prose)
Ce long monologue puisé dans l’Assemblée des Femmes nous montre les traits d’une femme de la Grèce antique dont le combat est quelque peu singulier et on ne peut plus féminin. Lysistrata doit donner de la voix mais pas seulement pour se faire entendre mais pour imposer ses idées. Cette scène est jalonnée de conviction, d’ambition, de réflexions et de déterminisme. Toutes ces actions contraignent la comédienne à l’exposition d’un discours politique convaincant. Inflexions, diction, respiration.

11 – La jeune Veuve de Jean de la Fontaine (texte en vers)
Aucun comédien ne peut se soustraire aux petites comédies du grand fabuliste Jean de La Fontaine, ni à cet exercice de bon sens, d’ironie et de finesse mêlé au génie de l’esprit. La justesse des sons de ce morceau épouse la voix, rédige la logique et conduit naturellement à la narration.