respiration-cours-theatre

La respiration du comédien

Apprendre à respirer un texte : il nous faut nous servir de la respiration de façon efficace car elle est le centre de notre travail. La respiration donne  vie à un texte et influe sur les sentiments. Elle accompagne l’interprète et donne le sens de l’histoire. Elle doit être libre. Elle devient superficielle voire étouffée quand elle n’est pas gérée et surtout quand le comédien n’a pas pris conscience de la substance des mots, de la force et du caractère, du courant et de l’énergie vivante de l’auteur.

La respiration en lien l’état émotionnel

Le comédien ne doit pas brûler l’étape verbale mais se concentrer et donner rendez-vous au personnage en restituant avant toute chose le souffle et la vie. La respiration est en contact permanent avec l’état émotionnel. Elle est au repos quand la réflexion est intense, elle est coupée quand le trac s’empare de votre être, elle est saccadée voire asphyxiée quand les affres de la douleur ou de la peur s’installent. La respiration c’est la vie en tout état de choses, même quand il ne reste qu’un souffle de vie.

Une respiration abdominale

La respiration du comédien se veut abdominale. Respirer c’est inspirer et expirer. La sensation respiratoire doit se dérouler ainsi : ventre, thorax et épaules. La musculature abdominale se fait par l’intermédiaire du diaphragme en état de marche constant. Le comédien doit prendre conscience de la région abdominale, contrôler et concentrer ses efforts sur ce point essentiel. Le diaphragme est le principal muscle responsable de la respiration : un muscle très large et très mince qui sépare la poitrine de l’abdomen.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *