lecture à haute voix

Lecture à haute voix

Qu’est ce que la lecture à haute voix?

C’est prononcer distinctement d’une manière, claire, intelligible, et harmonieuse les mots d’un auteur. C’est dévoiler les subtilités qui se dérobent à la mélodie. Lecture à haute voix, c’est porter la pensée d’un romancier, d’un dramaturge, ou d’un poète fidèlement sans laisser retomber ses finales.

La lecture à haute voix est un véritable exercice

Le lecteur passera de l’état d’inconfort à l’état d’aisance, empruntera les sentiers de l’auteur pour affirmer sa personnalité. Que vous soyez comédien, homme public, conférencier, rhéteur ou amateur de la littérature, sur des textes choisis, à cet effet, véritables partitions de musique, vous défendrez la langue d’un écrivain et prononcerez convenablement sans faire de contractions.

Lire une lettre, un roman, une fable, un discours à haute voix est un véritable exercice.  Les mots écrits ont de l’influence, du miracle de l’écriture au mystère de la voix. Un lecteur se veut un bon récepteur de l’œuvre.

 La lecture à haute voix  :   Méthode et Application

Différents textes à l’usage du bon lecteur de toutes formes d’écriture sont choisis et prêts à être déchiffrés, analysés,  explorés. Trouver la difficulté, le passage délicat, l’habileté d’un écrivain, la phrase explicite d’un poète, le sens s’impose.

Voici des exemples de textes :

Lettre de Madame de Sévigné à Madame de Coulanges 

Contexte : La grande épistolière du siècle de Louis XIV doublée d’une singulière chroniqueuse des temps passés nous tient en suspens ici dans cette lettre  et révèle le mariage d’une Grande Dame de la Cour en usant de détours, de vérités, de questions et de réponses toutes faites, de jugement gracieux et enjoués afin de susciter la curiosité. La cousine germaine de Louis XIV. La Grande Mademoiselle. Mariage qui ne se fera pas dimanche  car le Roi n’y consent pas . Madame de Montespan, la favorite œuvra contre cette union. La Grande Mademoiselle épousera le Roturier  Monsieur de Lauzun  en cachette.

Les mots écrits ont de l’influence, l’épistolier supplante le beau parleur.  Lire une lettre, un roman, une fable, un discours ne se travaille pas de la même façon.

Méthode et applications sur le texte : Dans cette missive, l’interprète s’attellera aux nombreuses inflexions. Les dix-neuf adjectifs successifs présents dès le début de la lettre exposent et renforcent un style, une éloquence  et par conséquent le ton enjoué, sagace, inventif. Un exercice de bravoure et de virtuosité. Ici le texte n’est pas découpé et pour cause, dans cet exercice,  il faut y trouver les bonnes mesures pour parler, associer par thèmes les respirations, et surtout les inflexions, la lettre a un pouvoir et demeure le joyau de notre littérature, c’est une conversation indélébile. Texte pour les inflexions (changement de ton )

La Jeune Veuve de Jean de La Fontaine

Contexte :  Une très  jeune Veuve perd son vieil époux, l’ironie toujours présente dans l’histoire de notre prestigieux fabuliste le pousse ici à des accents railleurs en désignant  un père consolateur et pas du tout  inquiet « La Belle avait un père, homme prudent et sage »  Il lui propose « Un époux, beau, bien fait, jeune et tout autre chose que le défunt » la morale de l’histoire aura raison des pleurs de la jeune fille que La Fontaine fait sonner faux.   « Il laissa le torrent couler »  la belle après maints simagrées ne manquera pas de demander à son  père dans le dernier vers  « Où donc est le jeune mari que vous m’avez promis. Dit-elle » !

Méthode et applications sur le texte : Aucun lecteur ne peut se soustraire aux petites historiettes du grand fabuliste Jean de La Fontaine, ni à cet exercice d’articulation et de diction. Ici  la musicalité donne la justesse et  bon sens rend la finesse de l’esprit.  Les liaisons sont indispensables,  La technique du jeu verbal s’impose, suit la mélodie et rédige la logique qui conduit naturellement à un tour de virtuosité. La mécanique des vers disparaît au profit du récit. Le narrateur prend la parole, tantôt la jeune veuve s’exprime,  tantôt le père la console. Ce texte est utilisé pour l’articulation et la diction.

La Lecture à haute voix vous aide à  construire votre vie professionnelle et personnelle.

lecture à haute voix

Le travail sur le mot vous aide à  justifier, à sensibiliser et à parfaire votre discours face à votre interlocuteur, à faire part de votre vision des choses, à vous améliorer face aux difficultés et à construire votre vie professionnelle et personnelle.

La voix est le reflet de votre âme, elle vous accompagne dans ce travail en profondeur de la parole,  et  donne à  un acte naturel qui ne l’est pas, les outils indispensables pour évoquer vos sentiments.  Lors de la lecture, la ponctuation verbale supplante la ponctuation grammaticale et vous assure de bonnes attaques et des finales soutenues.

 

 

 

 

 

 

Martine Amsili lit le texte mystique de Dominique Ponneau sur le retable  D’issenheim à l’Académie des sciences.

 Découvrez notre programme et les prochaines dates de la formation « Capacité à la lecture à haute voix « en cliquant ici.